PROJET HUGO
D'après Alpes et Pyrénées, de Victor Hugo
MODERNISER.

Cher Victor Hugo

Si vous étiez venu dans les Landes au XXème siècle, vous auriez constaté qu’elles ont bien changé. Cette grande étendue marécageuse où l’on s’enfonçait jusqu’à la taille est maintenant une immense forêt, le poumon de l’Europe.
Cette gigantesque forêt est parsemée de petites villes telles que Tercis et Heugas. Vous constateriez aussi que Dax s’est agrandie et que Saint-Paul-lès-Dax est apparue.
Dax est toujours en travaux mais pas pour le pont qu’on appelle aujourd’hui « Le pont de pierres » et parfois « le vieux pont » car il n’est plus le seul pont de Dax. En effet la ville en compte deux autres, un pour le chemin de fer et un pour les voitures qu’on nomme « le nouveau pont ». Non, si Dax est aujourd’hui en travaux, c’est pour d’autres choses : réfection des routes, constructions de ronds-points et notamment reconstruction de l’Atrium, le théâtre de Dax.
M. Hugo, la ville de Dax que je connais vous sidèrerait par bien d’aspects !

Delphine Vidal (6ème, 11 ans)



 

M. Hugo

M. Hugo, vous êtes passé à Dax mais vous auriez pu passer à Tercis, un petit village éloigné de trois kilomètres. Là vous auriez vu le Luy, une rivière des Landes. Vous auriez vu les ragondins jouant et passant dans l’eau. Vous auriez vu les perches sautant dans l’eau brune, les empreintes de chevreuils dans la glaise molle et les nids de cigognes dans les arbres dépouillés de feuilles. Vous auriez vu les pêcheurs tels des statues de marbre attendre patiemment une touche… Les libellules et les demoiselles auraient voleté au-dessus de l’eau trouble et les araignées, noires et légères, auraient filé sur l’eau à toute vitesse craignant de se faire happer par un goujon.
M. Hugo, je suis sûr que la quiétude du Luy vous aurait subjugué.

Pierre Folliet, 6C



 

Cher monsieur Victor Hugo,

Après avoir lu votre texte sur le pont de Dax, nous pensons, que si vous aviez fait votre escale en 2005, vous auriez pu voir d’autres monuments historiques et touristiques comme la fontaine d’eau chaude, la cathédrale, ou le splendid (un hôtel) ainsi que les thermes de l’ Adour.
La ville a beaucoup changé depuis votre départ, des routes ont été construites car maintenant les véhicules sont énormément utilisés et possèdent tous des moteurs qui fonctionnent avec un dérivé du pétrole (essence). Les routes sont goudronnées et sont les principales voies de circulation terrestre car il existe des avions qui volent dans les airs. A présent le tourisme est très développé grâce au thermalisme. Tout les étés, au mois d’août il y a les fêtes de Dax, dans toute la ville les forains installent leurs manèges (attractions mécanisées) et les bars sont ouverts toutes les nuits durant la fête. L’après-midi, il y a des corridas dans les arènes, c’est une manifestation qui consiste à faire tuer un taureau par un toréador.

Nous espérons que cette lettre va vous plaire et qu’elle vous sera très instructive.

Adrien et Frédéric,
Classe de 5°B collège d’Albret



Le destin des pins.


Votre description de la forêt de pins était très précise, mais, la fréquentation de la forêt n’est plus la même aujourd’hui. D’une part, le gemmage n’est plus pratiqué, il appartient au domaine des musées, d’autre part, les pins sont utilisés pour fabriquer du papier ou des meubles. Nous tenons à vous informer que si la forêt des Landes vous paraissait petite, elle fait maintenant plusieurs milliers d’hectares et est devenue la plus grande forêt d’Europe. Vous nous avez également parlé de troupeaux d’animaux qui paissaient dans les bruyères, aujourd’hui ils sont remplacés par les promeneurs.
A part cela, rien n’a changé.


Delphine et Loriane, élèves de 5ème