Jongleur: mot issu du latin joculator "rieur, bon plaisant, railleur" et de l'ancien allemand janglëur "bavard, hâbleur".
Le jongleur chante, danse, fait des acrobaties mais ne compose pas. Transposé dans le langage d'aujourd'hui, on pourrait dire que le troubadour est l'auteur-compositeur et le jongleur, l'interprète, l'exécutant. Le jongleur est un artiste itinérant; musicien, bien sûr, mais aussi bateleur, saltimbanque, faiseur de tours, de force ou d'adresse, montreur de marionnettes ou d'animaux savants et même putain à la limite.
Il est au plus bas de l'échelle sociale. Le métier de jongleur est décrié, honni des gens de bien, en particulier, des gens d'Église. L'image stéréotypée que l'on se fait du troubadour, un jeune chanteur romantique au regard langoureux, chantre de l'amour courtois, tenant dans ses mains un luth ou une lyre, correspond en fait davantage à ce qu'est un jongleur. Certains troubadours ont débuté comme jongleurs.




[Trouveurs et jongleurs] [La musique au Moyen Age] [Le Moyen Age]


Capturé par MemoWeb ŕ partir de http://www.cssh.qc.ca/projets/carnetsma/Jongleurs.html le 19/04/98