La musique des troubadours
Les chansons des troubadours sont des mélodies chantées en solo, parfois accompagnées à l'unisson par la vielle, laquelle est jouée par un autre musicien quand il y en a un. L'étendue de ces monodies est petite: elle va rarement jusqu'à l'octave.

Beaucoup de mélodies, dans l'ensemble de style récitatif, manifestent un lien étroit avec le chant liturgique ou semi-liturgique (tropes) de l'Église latine. Ce qui les en distingue est l'ornementation qui fleurit à la rime, c'est-à-dire à la fin de chacun des vers. Ports de voix, gruppetti, appogiatures. Il semble qu'il ne faille pas astreindre la mélodie des chansons de troubadours à notre conception de la gamme en tons et demi-tons. L'hypothèse de l'influence de arabe pourrait trouver un autre argument dans l'utilisation de ces micro-tons.



La poésie des troubadours
Les principales formes poétiques



Les troubadours célèbres
Guillaume, IXième duc d'Aquitaine et VIIième comte de Poitiers
Guillaume est le plus ancien troubadour connu. Grand séducteur, il fut excommunié plusieurs fois pour sa conduite scandaleuse et pour les libertés qu'il prenait à l'égard des dogmes de l'Eglise. Il vécut de 1071 à 1127, riche et puissant, jouissant de domaines plus étendus que ceux du roi de France. De toute son oeuvre, seulement onze chansons en dialecte d'oc et un petit fragment musical nous sont parvenus. Avec Guillaume, nous sommes en présence d'un art achevé.

Marcabrun
Alors qu'il était enfant, Marcabrun fut abandonné à la porte d'un riche qui prit en charge de le faire élever. Il demeura ensuite avec un troubadour nommé Cercamon, et c'est à son contact qu'il se mit à chanter. Marcabrun débute comme jongleur professionnel et vers 1140, sa renommée commence à croître. Il s'adonne ensuite à l'écriture et se révèle comme étant un poète très doué. On le compte donc aujourd'hui parmi les troubadours. Il est l'auteur de la plus ancienne pastourelle que nous connaissions.
À partir de Marcabrun (on voit aussi Marcabru) jusqu'à la fin du XIIIième siècle, on dénombre 460 troubadours qui laissent environ 2600 chansons, dont 263 seulement sont notées.

Auvillar: L'Escola Marcabrun
Jaufre Rudel


Bernart de Ventadour


Folquet de Marseille


Bertrand de Born


Arnaud Daniel


Guiraud de Bourneuil
Guiraud de Bourneuil est considéré comme étant le maestre dels trobadors, le maître des troubadours. C'est dans son oeuvre que nous trouvons réunies la théorie et la pratique des deux formes de trobar, clus et plan . Il s'intéressa d'abord au trobar clus: "Mon avis est que le meilleur chant ne se comprend pas du premier coup". Plus tard, il se convertit à la forme plan , quand il découvrit que le sommet de l'art est de faire laborieusement des vers faciles. "Pour moi, j'estime qu'il faut autant de sens pour raison garder que pour les mots mêler".

Rigaut de Barbezieux


Gaucelm Faidit


Raimbaut de Vaqueyras


Comtesse de Die
La plus célèbre des poétesses ou trobairitz. Nous n'avons conservé d'elle qu'une seule mélodie. Son A chantar m'er contient quelques-uns des plus beaux vers de la langue provençale.
Guiraud de Riquier de Narbonne
Né vers 1230, mort avant 1300, Guiraud de Riquier est le dernier des poètes de cours. Ce troubadour, noble et plein d'ambitions arrive au moment du déclin de la poésie coutoise. Il éprouvera des difficultés à obtenir l'appui des nobles et des bourgeois de sa ville c'est pourquoi il se tournera vers Alphonse X de Castille qui l'accueillera à sa cour pendant une dizaine d'années. Il dira, déçu, dans une de ses dernières chansons: "Je suis venu trop tard..."

[Trouveurs et jongleurs] [La musique au Moyen Age] [Le Moyen Age]


Capturé par MemoWeb ŕ partir de http://www.cssh.qc.ca/projets/carnetsma/Troubadours.html le 19/04/98